La guerre des navigateurs - Partie II

 · Temps de lecture: 4 mins

La seconde guerre des navigateurs


Avec la mort de Netscape Navigator, AOL-Netscape a décidé de rendre le code de Navigator open-source, et a confié son développement à la fondation à but non lucratif Mozilla Foundation, pour créer un successeur à Netscape Navigator. Pendant plusieurs années, alors qu’Internet Explorer dominait le marché, la communauté Mozilla développa pendant plusieurs années un nouveau navigateur, et non une suite Internet comme Netscape l’avait fait. Il comprenait de nouvelles fonctions telles que des barres séparées pour les adresses Web et la recherche.

Le lancement de Firefox


La version initiale s’appelait Mozilla Phoenix, mais en raison de problèmes de marque déposée avec le fabricant de BIOS Phoenix, a dû abandonner ce nom. Conséquemment, la Fondation Mozilla a décidé d’opter pour une nouvelle marque, Mozilla Firebird, mais s’est heurtée à l’opposition d’un autre projet Open Source appelé Firebird Database server, et a ensuite décidé de changer le nom du navigateur à Firefox. Le 9 novembre 2004, Mozilla Firefox 1.0 est sorti et était un navigateur web très complet, et surtout un navigateur web OSS gratuit qui fonctionne très rapidement. En même temps, AOL maintiendrait également sa propre version de Netscape Navigator, mais spécialement conçue pour les utilisateurs d’AOL. Contrairement à Mozilla, ils ont décidé de conserver l’idée d’une suite complète de navigateurs. Mozilla Firefox s’élèverait alors pour devenir de facto un navigateur web standard sous Linux, aussi rapide et open-source. Mozilla Firefox continuerait d’avoir une part de marché croissante même parmi les utilisateurs Windows.

Microsoft répond


Microsoft répond en dépréciant les versions autonomes de son navigateur Internet Explorer, en l’intégrant à son système d’exploitation Windows et en ajoutant de nouveaux outils tels que Windows Presentation Foundation et XAML.

La montée des nouveaux standards du web


En avril 2004, Mozilla et Opera ont uni leurs efforts pour développer de nouveaux standards technologiques ouverts ajoutant plus de capacités tout en gardant autant de compatibilité que possible avec les technologies existantes. Le résultat final a été la création de WHATWG (Web Hypertext Application Technology Working Group) qui rédigera des projets de normes à soumettre au W3C pour approbation.

Avec la diversification des marchés des appareils et des navigateurs, l’utilisation étendue des capacités de DOM et de scripting, l’introduction des appareils mobiles et d’autres choses telles que les Pocket PC, les standards web sont devenus nécessaires pour toutes les utilisations.

Test des standards du Web


Tout cela incite Microsoft à s’adapter aux nouvelles normes, même si ses implémentations ne les suivent pas de près. Il est encore médiocre dans de nombreux tests tels que les tests Acid. Internet Explorer sera toujours imposé aux utilisateurs de Windows, mais la sécurité s’améliorera progressivement.

Opera décide de rendre son navigateur entièrement gratuit, après des décennies en tant que logiciel payant - même si pendant cette période, ce sont eux qui ont implémenté en premier de nouvelles fonctionnalités (ex. : onglets, BitTorrent,…) et supportaient leur navigatuer même sur des systèmes très exotiques comme la Nintendo DS. Cependant, ils ont eu du mal à devenir un joueur important, car tous les géants ont rapidement copié leurs caractéristiques et étaient gratuits contrairement à Opera Browser

Le déclin de l’IE


Microsoft adoptera plus tard une nouvelle position alors que la part de marché d’Internet Explorer diminue, même si elle reste dominante : IE n’existera plus pour Mac, et il inclura maintenant Windows Genuine Advantage, un outil pour vérifier si Windows installé est légal. Au lieu de consolider la base d’utilisateurs d’IE, cela l’a raccourcie encore plus, et Microsoft décide de faire marche arrière avec l’outil WGA. Ils commencent alors à travailler sérieusement pour que leur navigateur passe le test Acid2 - qui se passe parfaitement, mais ils sont les derniers à le supporter. IE est ensuite soumis au test Acid3 où il échoue lamentablement avec un score de 20/100, notamment à cause des Web Accelerators.

Dans le même temps, comme Mozilla Firefox a passé les tests il ya longtemps, Mozilla travaille à améliorer de nombreuses fonctionnalités et de faire de la vidéo, le son et les images de soutien complètement native in-browser, qui améliore beaucoup la part de marché de Firefox.

L’arrivée des standards a mis fin à une règle vieille de plusieurs décennies d’Internet Explorer et de Microsoft.

Partie 3 : La montée en puissance de WebKit arrivera bientôt!