La guerre des navigateurs - Partie I

 · Temps de lecture: 5 mins

Les guerres des navigateurs - Partie 1

La Guerre des navigateurs est un concept datant de la fin des années 90, qui décrit une concurrence pour dominer la part de marché des navigateurs web, pour obtenir son monopole et avoir un effet de levier pour faire évoluer l’Internet.

Contexte

Au début des années 90, Tim Berners-Lee avait inventé le World Wide Web et lancé le premier navigateur Web, WorldWideWeb (aussi connu sous le nom de Nexus). Il l’a publié pour NeXTstep en 1991 et, avec Jean-François Groff, il a développé libwww, une API web destinée aux navigateurs web, qui a stimulé l’apparition de nouveaux navigateurs tels que Line Mode, ViolaWWWW, mais surtout Mosaic.

La guerre des Mosaïc

Mosaic était un navigateur Web multiplateforme développé au National Center for Supercomputing Applications (NCSA) ce qui a contribué à sa montée en puissance. En 1995, Mosaic allait devenir le navigateur Web le plus important et de nombreux amateurs de technologie s’attendaient à ce qu’il devienne la norme de navigation. Cependant, de nombreuses entreprises ont payé pour Mosaic, pour obtenir des droits de licence et créer leurs propres navigateurs commerciaux, tels que AirMosaic ou Spyglass. Au même moment, l’un des premiers développeurs de Mosaic, Marc Andreessen, a fondé Mosaic Communications et créé Mosaic Netscape. Au fil du temps, le nombre de navigateurs Mosaic provenant de personnes et d’entreprises différentes s’est accru, et de nombreuses questions d’ordre juridique se posaient au sujet des droits de dénomination avec le NCSA. Marc Andreessen a décidé de renommer son Mosaic Netscape “Netscape Navigator” et de renommer sa société “Netscape Communications Corporation”. Il continua d’utiliser la même base de code qu’auparavant, mais améliora considérablement l’interface utilisateur. Netscape Navigator devint gratuit pour une utilisation non commerciale. Tout cela combiné a aidé Netscape à devenir le navigateur Web dominant sur le marché, même avec le lancement d’IBM Web Explorer, Navipress, OmniWeb, UdiWWWWW ou le bientôt célèbre Microsoft Internet Explorer 1.0, lui-même basé sur le navigateur original NCSA Mosaic.

La première guerre des navigateurs (1995-2001)

À l’époque, les systèmes d’exploitation ne comprenaient pas de navigateur Web. C’était le rôle de l’utilisateur d’acheter le CD pour son navigateur Web préféré. Netscape était disponible gratuitement, mais pouvait également être acheté dans les magasins de détail. Windows était déjà l’OS dominant avec le lancement réussi de Windows 95, Microsoft a donc décidé de lancer Internet Explorer dans le pack Windows 95 Plus ! en août 1995.

Quelques mois plus tard, Internet Explorer 2.0 fut publié gratuitement, y compris à des fins commerciales, ce qui créerait un glissement partiel des utilisateurs corporatifs, et donc tous les autres développeurs de navigateurs feraient de même. C’était aussi l’époque où les suites Internet se présentaient - contenant un navigateur web, un service de chat, un programme de gestion de courriels… Netscape fit la même chose et rebaptisa Netscape Navigator en Netscape Communicator.

Avec toute cette concurrence, de nouvelles fonctionnalités ont souvent été ajoutées, le développement s’est fait à un rythme très rapide, notamment le JavaScript de Netscape qui a été immédiatement suivi du JScript de Microsoft, ou des balises HTML comme <blink> (uniquement dans Netscape) ou <marquee> (uniquement sur IE).

En 1996, Internet Explorer 3.0 était à peu près au même niveau que Netscape et incluait pour la première fois les feuilles de style en cascade (CSS).

En octobre 1997, Internet Explorer 4.0 est sorti et a été intégré à Microsoft Windows 98, ce qui a permis à ce dernier d’avoir une grande base d’installation, et qui n’était pas amovible. Dans le même temps, à San Francisco, les développeurs Microsoft avaient mis un logo IE géant sur la pelouse avant des bureaux de Netscape avec une petite étiquette indiquant “De la part de l’équipe IE…. Nous vous aimons”. Voyant cela comme une provocation, les développeurs de Netscape ont renversé le logo IE et ont construit une figure géante de leur célèbre mascotte Mozilla le dinosaure, avec un panneau sur lequel on pouvait lire “Netscape 72, Microsoft 18” qui était à l’époque la part de marché actuelle.

Cette compétition a donné naissance à des sites web qui ont vu naître des logos portant la mention “mieux vu dans Netscape” ou “mieux vu dans Internet Explorer”, démontrant ainsi comment les concurrents s’écarteraient des normes établies par le World Wide Web Consortium (W3C) de Tim Berners-Lee qui, à la place, faisait la promotion de la campagne “Viewable with any browser”. Les concepteurs Web ne tiendraient toutefois pas compte de l’avertissement et ne continueraient à tester qu’avec un seul navigateur.

Toutefois, avec l’arrivée d’Internet Explorer 5 et 6, qui ont été imposées par Microsoft sur la plate-forme Windows, le fait que Netscape ne pouvait pas rendre son navigateur entièrement gratuit en raison du manque de revenus et la nécessité d’utiliser IE pour les services Web de Microsoft, la domination de la part de marché changea considérablement de Netscape à Microsoft, ce dernier confronté à une procédure antitrust pour abus allégué de position dominante. Un accord a finalement été conclu entre les plaignants (OEM et autres développeurs de navigateurs) et le défenseur (Microsoft) où toutes les API de Microsoft ont été divulguées pour l’interopérabilité. Cependant, à ce moment-là, il était trop tard pour la concurrence, Internet Explorer avait envahi tout le marché.

American Online (AOL) a ensuite acquis Netscape pour 4,2 milliards de dollars la même année (1998), mais à ce moment-là, ils n’avaient plus la possibilité de récupérer la popularité antérieure de Netscape.

La première guerre des navigateurs s’est terminée avec Internet Explorer 6.0 comme navigateur dominant avec plus de 96% de part de marché. Cela a cependant apporté un arrêt de l’innovation, et seulement quelques correctifs de sécurité seraient faits, ce qui a fait d’IE 6 un navigateur très peu sûr. Il continuerait d’être intégré à Windows.


La partie II arrive bientôt !


Écrit par Rémy Samkocwa